Ubérisation de l'expertise-comptable

Phénomène d’uberisation de la profession

L’ubérisation n’est pas un terme nouveau, c’est en 2016 qu’il a fait son entrée dans le dictionnaire. L’ubérisation est né de 3 tendances : le développement du numérique, l’augmentation des travailleurs indépendants (freelance) et les nouvelles tendances de consommation. Principalement utilisé pour désigner le changement auquel a dû faire face la profession de Taxi, ce terme désigne de nos jours un véritable changement économique qui s’applique à tous les secteurs y compris la comptabilité.

 

Selon l’observatoire de l’ubérisation, le secteur de l’expertise comptable est touché par ce phénomène, et ce pour des raisons plus ou moins évidentes : une forte envie de modernité se fait ressentir dans le milieu de la profession comptable et des besoins nouveaux se font ressentir chez les clients.

 

Menace ou opportunité ?

Les évolutions peuvent être des menaces et des opportunités, tout dépend de comment les gens réagissent face à celles-ci. Comme dans tout changement il y a ceux qui se laissent dépasser et ceux qui savent en tirer profit.

Deux discours se tiennent tête concernant l’ubérisation de l’expertise-comptable. Il y a ceux qui pensent que c’est la fin de la profession d’expert-comptable et ceux qui pensent que c’est un renouveau pour la profession.

 

En effet, pour certains, faire évoluer le métier d’expert-comptable reviendrait à perdre l’essence même du métier, si le conseil est privilégié au côté de la comptabilité, ce n’est plus un métier de comptable. C’est aussi couper tout lien avec le client en n’étant pas directement en contact avec lui, le client serait rattaché à la plateforme et se sentirait libre de changer de comptable si l’envie lui prenait.

 

Les plus positifs voient en l’ubérisation un moyen de moderniser et de dynamiser la profession. Ce sont des profils plutôt jeunes, qui ont baigné dans le digital depuis leur plus jeune âge, et qui voient en lui un moyen de mettre en avant la profession et d’élargir son domaine d’activité. Ce sont des profils qui correspondent à ceux que nous retrouvons dans les jeunes entreprises. Pour eux l’ubérisation de la profession est un moyen de mettre en avant la comptabilité tout en développant d’autres aspects de celle-ci.

 

La menace d’ubérisation reste quand même faible pour plusieurs raisons :

  • il s’agit d’une profession réglementée à laquelle s’impose des règles strictes qui peuvent s’avérer être totalement incompatibles avec la notion même d’ubérisation ;
  • l‘expertise d’un comptable ne peut pas être remplacée par le digital. Le digital peut aider à l’automatisation des tâches à faibles valeurs ajoutées mais ne peut pas remplacer le rôle de conseil de l’expert-comptable.

 

Nous pensons qu’il faut se préparer à une digitalisation de la profession sans pour autant s’inquiéter de son ubérisation.

 

 

Envie des clients :

Cette menace d’ubérisation, si tant est qu’on puisse appeler ça une menace, est due à de nombreuses envies des clients :

  • Plus de conseils et d’analyse : les clients recherchent moins de comptabilité mais plus d’expertise chez les experts-comptables. Les clients sont à la recherche de personnes qui puissent les accompagner dans leurs projets et les aider.
  • Référencer les experts-comptables selon certains critères : adresse, notation, spécialité, prix, disponibilité, ancienneté (type avis TripAdvisor). Comme on aime avoir des retours sur les restaurants où on veut aller manger, on aime aussi avoir des retours sur les professionnels avec lesquels on travaille, dans notre cas les experts-comptables.
  • Rapprochement des professionnels : Des plateformes permettant de gérer les 4 interlocuteurs : comptables, avocats, huissiers et notaires. Ce besoin se fait ressentir par les TPE et les PME qui ont du mal à jongler entre les 4 et pour qui ce serait beaucoup plus pratique d’avoir tout regroupé au même endroit. Ces regroupements interprofessionnels étaient, jusqu’à il y a peu de temps impossibles légalement, notamment pour les avocats en vertu du principe d’unicité de leur profession. Mais la loi Macron du 6 août 2015 a révolutionné tout ça en rendant possible l’interprofessionnalité.

 

Problèmes ?

L’expertise-comptable est un secteur très réglementé, en effet les experts-comptables doivent respecter un code de déontologie de la profession tenu par l’ordre des experts-comptables (nous avons fait un article à ce sujet que nous vous invitons à lire ici).

Ubériser la profession pose donc des problèmes au niveau du fonctionnement même de la profession. Les Experts-Comptables doivent être diplômés d’expertise-comptable et être inscrits au tableau de l’ordre des experts-comptables. Ne peut donc pas se proclamer comptable qui le souhaite. L’ordre des Experts-Comptables a un droit de regard sur toutes les activités comptables pour éviter les déviances, si l’on ubérise la profession, on gêne l’ordre dans sa mission.

 

Réactions face à l’uberisation

On observe beaucoup de réaction de prévention :

Un grand nombre de cabinet ont mis en place un “full service”, suite à une forte demande de leurs clients, ils proposent donc des prestations supplémentaires. Ce peut être de l’aide à la gestion, des conseils en gestion de patrimoine, la négociation avec les fournisseurs, etc … cela varie en fonction des cabinets et des besoins des clients.

De nombreuses plateformes d’intermédiations ont été créées afin de contrer le phénomène d’uberisation. Ces plateformes regroupent un bon nombre d’experts pour vous fournir un service en ligne, par exemple, ComptaInTouche, Inexweb, etc … Ces plateformes d’intermédiations répondent à 3 enjeux : la relation client, la satisfaction client et le prix.

De plus la réglementation continue encore de protéger la profession des plateformes collaboratives.