Les métiers comptables et financiers : les défis de demain

L’imaginaire autour de la robotisation et de l’intelligence artificielle a inspiré de nombreux films emblématiques. Et pourtant, à l’heure où EDF expérimente trois robots comptables, la fiction semble à présent bien ancrée dans la réalité.

Selon une étude menée par l’université d’Oxford et le cabinet Deloitte, les métiers comptables et financiers figurent parmi les plus menacés par les avancées de la robotisation. En effet, l’automatisation des pratiques comptables et financières présentent un risque de 95 % pour les experts-comptables et jusqu’à 97 % pour les comptables qui travaillent en entreprise. Cependant, derrière ces chiffres, quelle relation se dessine entre la comptabilité financière et l’automatisation de ces pratiques ?

 

🦾 L’automatisation des méthodes comptables, des bienfaits indiscutables

Les bénéfices des technologies comptables et financières se font rarement démentir. En effet, d’après l’étude Mazars « RPA – Automatisation des fonctions support – Tendance du marché 2021 », l’automatisation permet d’accroître considérablement la productivité en gagnant du temps pour 77 % des organisations. Elle offre de la fiabilité (60 %), simplifie les processus (56 %), accroît la sécurité (40 %) et réduit les coûts (33 %). Plus généralement, les bienfaits relevés sont les suivants :

  • Gain de temps
  • Productivité accrue
  • Exactitude des données
  • Extraction rapide des données: vision en temps réel sur l’activité et la trésorerie de la société.
  • Stockage sécurisé des fichiers

Cependant, peut-on en déduire que les progrès de la technologie vont constituer un véritable danger pour les professions comptables et financières traditionnelles ?

 

👨‍💼 La comptabilité, irréductible à la robotisation

Pour Dominique Jourde, président de la commission numérique de l’Ordre des experts-comptables, l’hégémonie de robots comptables n’est pas d’actualité « Les robots ne peuvent pas assurer 100 % du traitement des documents, car ils n’arrivent pas tous à les reconnaître. On a toujours besoin d’opérateurs, à la fois pour mettre en œuvre et contrôler la qualité des robots, mais aussi pour les compléter, tant que toutes les factures ne seront pas numérisées ou lisibles facilement. » Si nombre d’activités peuvent être à terme automatisées (le scan et la lecture des informations, la saisie automatique de données, l’interfaçage avec d’autres systèmes – en particulier un progiciel comptable – la comptabilisation des factures, le reporting financier…), une supervision de ces activités, par un professionnel de la comptabilité, demeure nécessaire pour contrôler le bon déroulement de ces opérations.

 

🚀 Quel avenir de la comptabilité ?

Davantage encore, l’automatisation des activités comptables concerne principalement des tâches relativement chronophages et répétitives pour ceux qui en ont la charge. L’automatisation permet de libérer les professionnels de la comptabilité de tâches à faible valeur ajoutée pour se concentrer sur des « compétences exclusivement humaines », c’est-à-dire les attributs qui ne peuvent être remplacés par des logiciels : privilégier le conseil en matière de stratégie et développer des missions d’expertise qui participent à améliorer l’expérience client. Selon le rapport du groupe Sage L’expertise comptable 2.0, 86 % des experts comptables envisagent la technologie comme une potentialité intéressante pour s’affranchir des tâches administratives quotidiennes et se consacrer à des missions à valeur ajoutée plus importante. Loin de voir l’automatisation comme un possible préjudice pour les métiers comptables, envisageons plutôt la numérisation des pratiques comptables comme une formidable opportunité pour redéfinir la nature des professions comptables et financières et en faire des métiers toujours plus passionnants.